Nous urgeons l'intervention d'urgence de leaders mondiaux en faveur de prisonniers politiques cubains

Les états de santé de l'économiste Martha Beatriz Roque et du médecin Oscar Elías Biscet, privés de soins médicaux dans les prisons de l'île, sont graves, déclare Unidad Cubana

MIAMI (HR) - Nous urgeons les gouvernements démocratiques du monde, ainsi que les membres de leurs parlements, les organisations humanitaires internationales ainsi que la presse à intervenir en faveur des prisonniers politiques cubains Martha Beatriz Roque et Oscar Elías Biscet qui sont emprisonnés dans des conditions de santé et sanitaires déplorables et qui se voient refuser tous soins médicaux par le régime communiste déclare l'organisation Unidad Cubana dans un message aux présidents et chefs de gouvernement d'Amérique latine et d'Europe, aux leaders spirituels, aux leaders des groupes humanitaires et aux principaux médias, rapporte le journal madrilène El Mundo dans son édition d'aujourd'hui.

Parmi les destinataires du message figurent les Présidents Lula, Kirchner et Lagos d'Amérique latine , tous les chefs de gouvernement européens, le Secrétaire d'État du Vatican, le Cardinal Angelo Sodano, le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Anna, Danielle Mitterrand, des entités humanitaires et la presse. Le document, signé par Jesús Permuy, le President d'Unidad Cubana's, et par son Directeur Exécutif, le journaliste Armando Pérez Roura, appelle également pour la libération de tous les prisonniers politiques cubains.

L'économiste Martha Beatriz Roque, âgée de 58 ans, a reçu le Prix des Droits de l'Homme de la New York Academy of Sciences pour sa contribution incessante à la promotion des droits de l'homme et du libre accès aux sources d'information à Cuba . Martha Beatriz Roque vient d'être condamnée à vingt ans de prison en isolement cellulaire dans la prison haute sécurité de Manto Negro, dans une cellule sans fenêtre mesurant 1m50 sur 3m. Elle dort sur un mince matelas de loques, sans draps ou oreillers, et ne dispose que d'un trou dans le sol pour ses besoins. Sa cellule est infestée de rats et d'insectes. Martha Beatriz souffre d'ulcères de l'estomac, d'une haute pression incontrôlable, et d'engourdissement dans le côté gauche et s'évanouit fréquemment. Elle n'a reçu aucune attention médicale ou médicaments depuis avril.

Le médecin Oscar Elías Biscet, âgé de 41 ans, un cubain d'origine africaine, est marié et a de jeunes enfants. Il a été déclaré prisonnier de conscience par des organisations humanitaires internationales. Il a été condamné en 1999 et a été emprisonné pendant 3 ans pour avoir appelé à l'abolition de la peine de mort à Cuba et à la libération de tous les prisonniers politiques cubains. Après sa libération de prison le 31 octobre 2002, il a été à nouveau arrêté le 6 décembre de la même année. Il s'est vu refuser sa mise en liberté sous caution et, cette année, il a été jugé au cours d'un procès sommaire pour le crime de complot contre la souveraineté de Cuba et condamné à 25 ans de prison. Il est détenu au pénitencier Kilo 51/2, dans une cellule d'un mètre sur deux, sans fenêtre, sans eau courante, sans lit ou couchette. Il doit dormir à même le sol et vit en caleçon après que ses vêtements aient été confisqués par les autorités carcérales. L'état de santé de Biscet est grave, il souffre de haute pression et sa dentition est dans un état déplorable.

Le traitement inhumain infligé à Martha Beatriz Roque et Oscar Elías Biscet, et leur santé précaire nous font craindre que, à moins qu'il ne se produise une réaction immédiate et mondiale en leur faveur, ces prisonniers politiques - pour ne mentionner que les deux plus proéminents d'entre eux - pourraient perdre la vie dans un avenir proche étant donné que tel semble être l'objectif délibéré du régime , ajoutent Permuy et Pérez Roura d'Unidad Cubana.

Les leaders mondiaux et plus particulièrement ceux d'Amérique latine, qui se sont montrés les plus bienfaisants avec la dictature communiste, ont une obligation morale envers le peuple cubain qui est soumis à l'esclavage et abandonné à son sort depuis 44 ans. Le moment est venu pour eux de payer cette dette en demandant publiquement que le régime communiste libère tous les prisonniers politiques , déclare Luis Figueroa, un érudit en matière de droit qui est également le directeur d'Unidad Cubana.

030708HR / Human Rights News Service

Directeurs d'Unidad Cubana : Jesús Permuy et Armando Pérez Roura: téléphones. (1-305) 3796088 / 3796559; Dr. Luis A. Figueroa: tel. (1-305) 4420303